31 janvier 2015

Broder le chemin..;


BLACKWORK ou BRODERIE NOIRE 


L'idée était de s'initier au point de HOLBEIN, ou double point avant, afin de réaliser un petit motif. Sa particularité? Il est réversible.



Que chacune puisse trouver ici le complément d'informations indispensable à un meilleure compréhension. 
Des blogs et des sites extra ont déjà fait des recherches et des exposés complets,  je mets les liens et je les remercie pour le travail réalisé, 


De l'histoire.  Des extraits en français piochés sur cet excellent site, érudit et passionnant!!



 "Comme c'est le cas avec tant d'autres techniques de broderie, les racines du blackwork se trouvent dans un passé tellement lointain, avec des ramifications complexes partout dans le monde, qu'il est impossible de situer avec précision ses origines en place et en temps.
Cependant, dans le cas du blackwork nous pouvons dire avec quasi-certitude que les premiers motifs furent introduits en Europe occidentale par les Maures d'Afrique du Nord, lors de leur occupation de l'Espagne, à partir du VIIIème siècle.


Les motifs originaux du blackwork étaient des décorations linéaires et arabesques, exclusivement de nature abstraite et basés sur des schémas géométriques, sur la symétrie, la répétition et la proportion.  







Ce sont les mêmes que l'on retrouve dans le monde arabe sur les montants de porte, dans les mosaïques et sur tant d'autres décorations architecturales.
Certains de ces motifs sont tellement élémentaires que leurs premières traces se retrouvent sur des créations d'origine byzantine, romaine et hellénique, et même sur des objets encore plus anciens, voire primitifs.
Rapporté d'Espagne par Catherine d'Aragon (1485-1536), la première des six épouses de Henry VIII, le blackwork connut un grand essor à la cour anglaise du XVIe siècle, où il fut appliqué principalement sur les vêtements.  Confectionner un chemisier et le décorer de broderie, à cette époque, fut estimé comme une occupation artistique et respectable, même pas indigne d'une reine.

La prédilection de Catherine d'Aragon pour la broderie avec de la soie noire sur lin blanc devint rapidement très populaire en Angleterre.  C'est pour cette raison que, ce qui fut appelé, jusqu'à 1530 environ, la Broderie espagnole, entrera dans l'histoire ultérieure sous le nom de Blackwork (Broderie noire).




Textile et soie ne sont pas éternels et les couleurs se fanent.  Ainsi peu de broderie ancienne a résisté à l'épreuve du temps.  Par contre, les meilleures illustrations du blackwork anglais du XVIe siècle nous sont parvenues par les portraits de Hans Holbein, le peintre allemand à la cour de Henri VIII.  La précision avec laquelle cet artiste a reproduit les motifs de blackwork sur les chemisiers, les manches et les cols est telle que les patrons ont pu être reconstitués rien qu'à partir de ses portraits.  C'est pour cette raison d'ailleurs que le point avant double, le point élémentaire de toute broderie blackwork, est mieux connu sous le nom de point holbein.








Coiffe du 17e siècle
17de-eeuws hoofddeksel
17th century coif
A partir du 17e siècle le blackwork européen fut souvent effectué en deux, trois, voire plus de couleurs et complété d'une variété croissante d'autres points.  Progressivement ceux-ci prennent le dessus et délogent le blackwork traditionnel de la scène.  La broderie blackwork sombre complètement dans l'oubli.
Ni le XVIIIe ni le XIXe siècle ne rapporteront quelque blackwork de valeur.  Le Dictionary of Needlework*, une encyclopédie anglophone sur les ouvrages d'aiguille, paru en 1882, ne fait même plus mention de cette technique.
C'est seulement à partir du XXe siècle que la broderie blackwork connait sa relance actuelle.  Les créateurs modernes, fouillant dans le passé pour trouver des idées nouvelles, ont déniché cette ancienne technique et l'ont complétée d'effects et de formes contemporains.  L'histoire se répète...

* Le Dictionary of Needlework, rédigé par S.F.A. Caulfield et B.C. Saward a été édité par A.W. Cowan en 1882.   
Copyright   "



De la technique.


Un mine d'or que ce site, pour tous les loisirs. 


Une page qui explique très bien comment réaliser le point en plusieurs étapes.


Beaucoup de points expliqués en images




De la pratique. 

 En vidéo, tout parait si simple. Il faut trouver le chemin...et le même vernis  :)






9 commentaires:

  1. J'ai le vernis.. . et merci encore ce fut bien instructif et c une technique tres tres interessante !

    RépondreSupprimer
  2. HAaaaaaaaaaaaa, te revoilà Fabienne ! Et avec un article qui va nous rendre moins bête une fois de plus. Je ne connaissais pas du tout l'histoire du Blackwork, et encore moins le point de Olbein. C'est intéressant qu'il soit aussi beau d'un côté que de l'autre, mais l'arrêt des fils doit alors être très soigneux je suppose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela me donne une idée pour un prochain article :)

      Supprimer
  3. Un grand Merci pour cet article très intéressant !!!
    Chantal ou Mamilou

    RépondreSupprimer
  4. Très intéressant, j'ai bien envie d'essayer. Merci beaucoup

    RépondreSupprimer
  5. De vraies merveilles. Un jeu de patience qui en vaut la peine ! Amitiés

    RépondreSupprimer
  6. Merci d'avoir visité mon blog. Cela me fait plaisir de savoir que vous avez apprécié mes recherches historiques sur le blackwork. Je suis toujours curieuse d'apprendre les origines d'une technique de broderie. C'est passionnant de découvrir les sources et le développement d'anciennes méthodes de l'art du fil.
    Félicitations aussi à vous pour votre blog. Bonne broderie à toutes.
    Yolande - Fils.aiguilles.passion

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vous quil faut féliciter pour les apports historiques!! merci d'être passée...

      Supprimer
  7. Oh et dire que j'avais loupé cet article!
    Super intéressant! et plein de petits trucs comme tu sais si bien nous en dévoiler!
    Merci pour tes recherches et ton partage!

    RépondreSupprimer

On vous écoute...