**** Prochain atelier ***** le 5 Janvier *********** JOYEUSES FETES ***********

12 février 2012

Chocolat complice....



Chapitre 1   -  Le chocolat, complice de l’Amour


Parmi les mets réputés propices aux joutes amoureuses, qui connurent surtout au XVIIIe siècle une grande vogue, le chocolat figure en bonne place. Il est de tradition de tenir divers mets pour excitants : gibier, ris de veau, moelle, cervelles, huîtres, homard, écrevisses, caviar, truffes et épices chaudes (cannelle, poivre, piment, muscade, gingembre, clou de girofle), sans oublier l'ambre et le musc, aujourd'hui disparus de la table.

Il s'agit pour la plupart de mets de luxe que l'on prend plaisir à déguster en galante compagnie, plutôt que possédant des vertus secrètes. Néanmoins, la légende sur les vertus aphrodisiaques du chocolat, voyagea bien dans l'histoire.

Dès la période aztèque, le cacao a la réputation d’être un excitant sexuel. Il faut dire que la boisson préparée était très épicée avec du piment, du poivre, des clous de girofle.

On raconte au XVIIe siècle que les indigènes indiens s'enduisent les zones érogènes d'une bouillie de cacao pour que leurs baisers soient encore plus doux.

En 1624, un théologien fait paraître un écrit condamnant la consommation du chocolat dans les couvents, ce breuvage échauffant les esprits et les passions.

La grande période des courtisanes, du XVIIème au XVIIIème siècle, est propice à une forte consommation de chocolat. Dans son Traité des aliments en 1702, Louis Lemery précise au sujet du chocolat : "Ses propriétés stimulantes sont propres àexciter les ardeurs de Vénus."
Madame du Barry ne manquait pas, dit-on, de servir une bonne tasse de chocolat mousseux à ses amants.

Des gravures du XVIIe siècle ou estampes allemandes du XVIIIe, montrent souvent des scènes où on peut voir des couples dégustant du chocolat chaud.
Les dames de Marseille se souvinrent longtemps du bal sulfureux qu'organisa lemarquis de Sade, qui eu la brillante idée de distribuer à foison des pastilles de chocolat fourrées à la cantharidine, un puissant alcaloïde congestionnant.

Madame de Pompadour, si on en croit les écrits de Mme de Hausset absorbait régulièrement des décilitres de chocolat ambré pour s'échauffer le sang, d'autant que Louis XV lui reprochait régulièrement d'être "froide".

Aujourd'hui le terme d'aphrodisiaque n'est plus de mise, on parle plus volontiers, d'aliment tonique, de plaisir, de douceur, de volupté.. qui sont également des qualificatifs propres à l'amour.... .Alors le chocolat, complice de l'amour ? certainement...
http://www.joyeuse-fete.com/saintvalentin/chocolat-complice.html




Chapitre 2   - Le chocolat, complice de la brodeuse.





Tout est expliqué  sur le blog

La liste des exposants pour cette année est alléchante. Pour plus de détails, il faut lire tous les articles où Gene et Domi nous présentent les créatrices

De quoi Croquer Craquer!!!!


Grille offerte par Pastel 

Un travail d'organisation remarquable!! Bravo à toute l'association!!!



2 commentaires:

  1. Merci Fabienne pour cette belle et très complète annonce du Salon de Pexiora.
    En toute complicité avec le chocolat, l'amour et la broderie ... Que du bonheur !
    What else ?

    RépondreSupprimer
  2. Ben, j'ai rien à ajouter, Domi a déjà tout dit. Mince alors !

    RépondreSupprimer

On vous écoute...